Recherche / EB

Que vaut le corps humain ? Médecine et valeurs du corps

 

Dans une médecine qui tend à devenir plus technicienne que relationnelle, peut-on garder le corps humain hors d’une logique marchande ? Comment intégrer le corps dans une vision intégrale de la personne ?

EB-medecine-valeurs-corps

Ce séminaire du département Ethique biomédicale s’attache à déceler les enjeux anthropologiques et éthiques de la recherche et de la pratique médicale.

La vision et le statut du corps, lieu privilégié de l’action de la médecine, ont fortement évolué depuis soixante ans, corrélativement à l'évolution de la médecine elle-même, devenue largement « biotech », au risque d'être plus technicienne que médicale (Réflexion du séminaire Religion, éthique et médecine bio-technicienne du Collège des Bernardins).

La bio-économie est désormais une réalité. Le corps humain soumis à un morcellement analytique tend à être compris comme un capital. Les dispositifs techniques induisent une objectivation du corps de plus en plus marquée ; une tendance qui pourrait s’accentuer à la faveur des développements de la nano-médecine, de la médecine régénératrice et de la médecine personnalisée. Or le corps vécu, auquel le médecin a affaire, est celui d’une personne qui parle, qui souffre et qui se plaint. La technique apporte un certain nombre de solutions qui visent à effacer la plainte en mettant le corps à distance. Si les techniques sauvent des vies, elles instaurent également un clivage fort entre la personne et son corps.

Comment intégrer le corps dans une vision intégrale de la personne ? Ne vaut-il pas mieux que le corps reste « hors valeur », préservé de toute marchandisation ? Comment faire pour soutenir la primauté de l’être sur l’avoir ? Certaines pratiques très concrètes pour les soignants ont un enjeu qui va bien au-delà de la médecine : il ne s’agit rien de moins que de préserver la dignité intrinsèque de la personne humaine.

L’appel de la commission Sicard en 2012 à questionner une médecine devenue plus technicienne que relationnelle n’a pas ou peu été entendu. Il y a pourtant lieu de s’interroger, comme a pu le faire notamment Jacques Ellul, sur le franchissement d’un seuil de technicité qui pourrait se retourner contre l’homme.

Les objectifs de la recherche sont de :

  • effectuer une analyse critique des fondements anthropologiques et éthiques de la bio-économie, et de la double notion de valeur à la fois incommensurable et marchande
  • explorer son impact sur la médecine, sachant que des financements considérables, des recherches de pointe et des travaux de laboratoires sont détournés d'objectifs strictement médicaux 
  • proposer un discernement éthique et philosophique pour préserver la médecine des dérives liées à ce bio-pouvoir et à la marchandisation du corps humain, afin qu’elle reste au service de l’homme.

Méthodologie

Les réunions régulières du séminaire portent sur une question établie préalablement permettant ainsi à chacun de se préparer aux échanges. Les séances alternent les interventions de personnes membres du séminaire et des personnalités externes, suivies d’un débat avec les participants.

Le séminaire est transdisciplinaire. Des soignants viennent pour mettre en perspective les questions qu’ils rencontrent dans leur pratique médicale. Sur les thèmes de recherche, ils viennent confronter leur expérience avec celle de philosophes, de juristes, d’historiens, de théologiens. L’originalité du séminaire est non pas des médecins qui parlent aux médecins, mais l’élaboration progressive et transdisciplinaire d’une « raison médicale ».

Programme de la première année

  • Séance du 22 novembre 2017
    Corps malade et solidarité

    Matthieu Villemot, professeur de philosophie à la Faculté Notre-Dame du Collège des Bernardins
  • Séance du 13 décembre 2017
    Histoire de la désacralisation du corps

    Georges Vigarello, historien, philosophe, directeur d'études à l’EHESS
  • Séance du 17 janvier 2018
    Les fondements de l’idée de valeur

    Heinz Wismann, philosophe
  • Séance du 7 février 2018
    Corps et dignité

    Eric Fiat, philosophe, professeur des universités, Université Paris-Est Marne-la-Vallée
  • Séance du 14 mars 2018
    En attente
  • Séance du 4 avril 2018
    Dons et greffes d’organe

    Isabelle Pipien, anesthésiste réanimateur, docteur en philosophie, membre de l’Agence de la biomédecine
  • Séance du 16 mai 2018
    Robotisation, téléchirurgie, quelle place pour le corps ?

    Alain-Charles Masquelet, professeur à l’Université Paris XIII, membre de l’Académie de chirurgie et du conseil scientifique du Centre Georges Canguilhem, chirurgien orthopédiste à l’hôpital Avicenne de Bobigny
  • Séance du 6 juin 2018
    Impact du christianisme sur le statut du corps

    Dominique Folscheid, philosophe, professeur émérite de philosophie morale et politique, université Paris-Est Marne-la-Vallée 

Bibliographie

Jacques Ellul, Le système technicien, Editions du Cherche Midi, Paris, 2012

Jacques Ellul, Le bluff technologique, Hachette Pluriel, Paris, 2012

Jacques Ellul, La technique ou l’enjeu du siècle, Editions Economica, (2ème ed), Paris, 2008