Recherche

L'art au présent

L’art comme vecteur d’exploration et d’expérimentation permet d’arpenter le monde et son imprévisible devenir. Que peut-on attendre d’une œuvre d’art ?, cette question sert de fil rouge à cette réflexion.

l'art au présent
© Anthony Mc Call
 

Le séminaire de recherche L’Art au présent prend acte du rôle irréductible et incontournable de l’art comme vecteur d’exploration et d’expérimentation. Hors de toute normativité, en réinventant constamment ses propres règles, l’art est un moteur de recherche qui permet d’arpenter le monde et son imprévisible devenir. L’art donne à voir ce qui se transforme. L’art transforme ce qui se donne à voir. Il se joue au présent et nous engage. Le séminaire L’Art au présent est le lieu d’une recherche mue par ce singulier moteur qui désoriente à dessein nos attentes.

Ce qui se joue en art trouve un écho dans la constante nécessité de renouvellement du langage théologique. Dire ce que les mots ne peuvent dire, montrer d’une manière qui conduise à une expérience, donner à vivre. Ainsi peut-on exprimer, d’une manière parcellaire mais fondamentale, ce à quoi la théologie est provoquée. Entre la nécessité irrésistible d’un discours sur l’invisible et la réception d’un inédit transgressant les catégories de la pensée, de l’empirie et du langage, la théologie ne se maintient que dans un questionnement permanent concernant ce qu’elle peut exprimer, son au-delà et son en-deçà. Le renouvellement de son langage est tributaire de la permanence de son attention au mystère à la fois transcendant et incarné. La théologie ne peut se désintéresser des expériences humaines décisives où opère une démarche parente, où se font sentir des nécessités explicitement ou souterrainement – c’est selon – comparables.

Il est vital, pour la théologie, de dialoguer avec l’art en tant que ce mot désigne, par excellence, le champ où se rencontrent de telles expériences. L'importance des signes des temps rappelée par le concile Vatican II prend acte de ce que l'histoire ne se répète pas : les échos au présent de ce qui s'annonce et advient sont le cadre mouvant d'une parole qui se veut vivante.

L’objectif du séminaire est de :

  • créer les circonstances d’un dialogue fécond entre des mondes qui parfois s’ignorent.
  • réunir - sous une forme libre et non formatée - des témoignages variés de professionnels engagés dans l’art aujourd’hui.

Méthode

Le séminaire L’art au présent fonctionne comme une cellule d’investigation. Le groupe de recherche se réunit une fois par mois pour une session de deux heures. Chaque session fait l’objet d’une invitation à un professionnel du monde de l’art (artistes, critiques d’art, commissaires d’expositions, etc.) autour de la question : « Que peut-on attendre d’une œuvre d’art ? » Cette question à la fois ouverte et personnelle permet de cartographier des attentes variées, parfois contradictoires.

Une première restitution sous la forme d’une table-ronde se tiendra à l’automne 2020.

Programme

Les intervenants invités :

Frédérique Aït-Touati

Auteur, metteur en scène et spécialiste de littérature comparée et d’histoire des sciences.

Frédérique Aït-Touati collabore depuis plusieurs années avec le philosophe Bruno Latour pour faire de la scène une manière de pratiquer de nouvelles hypothèses, tout en questionnant l’irruption d’un nouveau personnage controversé, Gaïa, face auquel nous peinons à réagir.

Emanuele Coccia

Philosophe d'origine italienne, maître de conférences à l'École des hautes études en sciences sociales, depuis 2011.

Jérémie Fabre

Auteur de pièces de théâtre, metteur en scène et comédien.

Depuis 2009, Jérémie développe une démarche d’écriture qui s’articule autour d’un corpus de textes autofictifs.

Il ouvre en 2016 le LIEU COMMUN, un espace alternatif d'inventions et de pensée, dans une ancienne menuiserie inoccupée, à Vire, dans le Calvados.

Rebecca Lamarche-Vadel

Directrice déléguée de Lafayette Anticipation et commissaire de la biennale de Riga en 2020.

Sous la responsabilité de

 
 

Thématiques de recherche :

L’art et les formes de la nature
2020-2021
Jérôme Alexandre
Rodolphe Olcèse
Revêtir l’invisible : la religion habillée
2019-2021
P. Alberto Fabio Ambrosio
Nathalie Roelens
L'art au présent
2019-2020
Jean-Baptiste de Beauvais
P. David Sendrez
Esthétique et théologie
2015-2016
Collège des Bernardins,
Centre Sèvres,
Institut catholique de Paris
Cinéma/Parole/Société/Recherche
2014-2016
Jérôme Alexandre
Rodolphe Olcèse