Recherche

Ecoumène et entreprises humaines, vers une économie intégrant l'écologie

Réfléchir aux représentations qui affectent la manière dont nous pensons et organisons les relations entre l’économie et l’écologie.

Ecoumène et entreprises humaines, vers une économie intégrant l'écologie

S’inscrivant dans la réflexion sur l’écologie, le département Économie et Société lance un nouveau programme de recherche en fin 2019, Ecoumène et entreprises humaines, vers une économie intégrant l'écologie.

La multiplication des effets secondaires visibles de l’activité des hommes (climat, ressources, santé, biodiversité…) manifeste que nous sommes entrés dans l’anthropocène. L’extension du nombre des habitants de la planète et, corrélativement, des entreprises qu’ils mènent, met en effet en question la stabilité présumée de notre environnement et son habitabilité durable. C’est pourquoi ce dernier sera évoqué plus justement en termes d’écoumène. En outre, les effets des entreprises humaines – au sens de projets – sont démultipliés par les entreprises – au sens d’organisations économiques.

Ces considérations invitent à considérer l’activité de l’homme et les structures qui l’organisent au plan collectif en s’interrogeant à nouveaux frais sur les références qui les gouvernent et les dispositifs qui les déterminent.

En effet, au-delà des travaux visant à comprendre, qualifier, et limiter les effets de ces entreprises dans les nombreux domaines concernés, il importe de réfléchir aux représentations qui déterminent la manière dont nous pensons et organisons les relations entre l’économie et l’écologie : l’activité de l’homme – ses entreprises, et plus encore celle des organisations collectives que le même nom désigne – est structurée par des dispositifs, références et représentations implicites. Il importe donc de les identifier et d’en critiquer les effets afin de pouvoir envisager des alternatives qui peuvent permettre d’orienter les entreprises humaines en prenant davantage en compte leurs effets sur l’écoumène.