Recherche

« Dix propositions pour un personnalisme européen »

Rencontre - débat le mardi 29 janvier à 18h30

Avec les interventions de :
  • Antoine Arjakovsky et Jean-Baptiste Arnaud, codirecteurs du département Politique et religions du Collège des Bernardins
  • Philippe Herzog, fondateur de Confrontations Europe
  • Sébastien Maillard, directeur de l’Institut Jacques Delors
  • Dominique Potier, député, Président-Fondateur d’Esprit civique
  • Sabine Thillhaye, présidente de la Commission des Affaires européennes à l’Assemblée nationale

À l’approche des élections européennes, alors que nous sommes convoqués pour nous saisir de notre avenir commun, le Collège des Bernardins s’empare du sujet de l'avenir de l'Europe et engage des débats.

Le séminaire Passé et avenir de la civilisation européenne qui s'est tenu au Collège des Bernardins a formulé dix propositions majeures très concrètes pour contribuer au débat sur l'avenir de l'Union européenne et l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe. Ces propositions visent à réconcilier les fondements du projet civilisationnel européen avec la tâche lente, ardue et complexe de mettre en oeuvre une politique européenne personnaliste. Elles permettent à chaque citoyen de se réapproprier le projet européen en lui donnant les moyens d'y participer à sa propre échelle.

Les dix propositions pour l’Europe :

  1. Enseigner l'histoire de l'Europe dès l'école primaire partout en Europe.
  2. Créer des universités européennes fondées sur une enseignement trans-disciplinaire.
  3. Inventer un nouveau personnalisme législatif.
  4. Promouvoir un droit personnaliste dans les médias.
  5. Approfondir le modèle européen de l'économie sociale de marché en s'appuyant sur une redéfinition des entreprises.
  6. Définir les niveaux de conscience pour mettre en oeuvre une politique culturelle européenne.
  7. Mettre en oeuvre un humanisme digital capable de protéger les personnes.
  8. Construire une politique européenne de construction de la paix et de souveraineté partagée.
  9. Établir une politique migratoire associant l'exigence de la coopération avec celle de l'hospitalité. 
  10. Imaginer une politique énergétique écologique reposant sur un pacte social européen.
 

Initié en 2017, le séminaire de recherche « Passé et avenir de la civilisation européenne » s'est donné comme double objectif d'une part de redéfinir le fondement du projet politique de l'Union européenne, à savoir son humanisme personnaliste et son désir de construire la paix, et d'autre part de proposer des voies pour sa mise en oeuvre au niveau de l'Union européenne mais aussi de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe.

La philosophie personnaliste a été élaborée pour comprendre l’homme comme individu, sujet de droit mais aussi comme être en relation, ne pouvant s’épanouir qu’avec et par autrui en tenant compte du bien commun. Cette philosophie plaide pour une réhabilitation du sens de la vertu, une nécessaire réconciliation entre droits et devoirs, et un droit international tourné vers l’horizon de la fraternité. Ces trois axes doivent pouvoir aujourd’hui nourrir une refondation du projet politique de l’Union européenne.

Les différentes institutions partenaires de cette recherche ont également répondu aux demandes du Parlement européen de formuler « un nouveau récit pour l’Europe » et aux initiatives de la Commission européenne et du gouvernement français de « Consultations citoyennes » sur l’avenir du projet européen.

SOMMAIRE DE L'OUVRAGE

Introduction 

Le nécessaire retour à l’histoire de la conscience européenn

a. Le moment de la prise de conscience d’une identité européenne 
b. L’avènement d’un récit européen 
c. Puissance et limites de la conscience européenne 

Le débat sur la crise du projet européen comme attente d’un nouveau paradigme

a. Le débat sur les causes de la crise 
b. Au-delà de la crise du populisme, la crise du libéralisme et du socialisme 
c. Le besoin d’un nouveau récit européen 

Les appels à la redécouverte de la pensée personnaliste

a. Aux origines de la philosophie personnaliste 
b. Le personnalisme des papes Jean-Paul II, Benoit XVI et François 
c. Le rayonnement intellectuel et pluri-confessionnel du personnalisme 

Les évolutions possibles de la construction européenne à la lumière du personnalisme

a. Les conséquences épistémologiques du paradigme personnaliste 
b. Les chemins d’humanité et la mission de civiliser la globalisation 
c. Les évolutions institutionnelles possibles et souhaitables 

Conclusion : Au-delà de l’horizon d’un intérêt immédiat

Inscription obligatoire

Envoyez un mail à l'adresse : annevictoire.denadaillac@collegedesbernardins.fr

Partenariats scientifiques

logo institut jacques delors

logo la Croix

logo maison europe

logo université luxembourg

fondation jean monnet pour l'europe

semaines sociales de france

logo confrontations europes

Partenariats médias

logo la Croix

logo ouest france