Recherche

Auto-description du territoire

Accompagner le collectif « paroisse » à décrire leurs « terrains de vie », à s’en ressaisir et à écouter le « cri de la terre et des pauvres ».

Reterritorialisation et rituels

Relié au séminaire Les sources de l’insensibilité écologique, des ateliers paroissiaux se proposent non pas d’enquêter sur l’ancrage territorial des paroisses mais d’aider des membres de quelques paroisses urbaines et rurales à décrire leurs « terrains de vie », c’est-à-dire leur mode de subsistance et d’appartenance (cf. B. LATOUR, Où atterrir ?, 2017, p. 120) : ce dont ils dépendent pour leur survie, les autres terrestres qui se trouvent dans leur dépendance, ce à quoi ils tiennent etc.

Par ce travail de description des terrains de vie par les acteurs eux-mêmes, on cherche à ce que le collectif « paroisse » se ressaisisse de lui-même et se sensibilise au « cri de la terre et des pauvres ».  Outre la description des terrains de vie par les acteurs eux-mêmes, ce travail cherchera à croiser la « reterritorialisation » avec la question des « rituels ».

Une fois mise au point, la méthodologie des ateliers paroissiaux sera proposée à la Conférence des évêques de France.