Revue théologique des Bernardins n°3 – Octobre 2011

Vingt-Trois Cardinal André


  • Éditorial
    André-Marie Ponnou-Delaffon
  • L’évangélisation de la ville de Paris,
    Cardinal André VINGT-TROIS
    Les métropoles contemporaines sont des « villes-mondes », caractérisées par une multiplicité de pôles unis entre eux par des réseaux réels ou virtuels, et traversés par des flux de populations liés aux différentes activités humaines. Cet ensemble est marqué par des symboles architecturaux d’ordres variés dont les églises doivent faire partie. Les communautés chrétiennes doivent rendre compte visiblement de ce qui les habite à travers les différents réseaux qui animent la ville. Reste que la conversion de tout homme au Dieu vivant ne peut se vivre en réseau ou de manière médiatisée. Elle passe par une rencontre personnelle et l’engagement de la liberté. L’évangélisation comportera donc simultanément l’offre quotidienne et proche d’une présence et d’une parole, et la possibilité d’inscrire une réponse dans une dynamique visible et collective.
  • Profondeur de la lettre et sens spirituel : l’humanité des Écritures,
    Anne-Marie PELLETIER
    Tout au long de l’histoire de l’interprétation des Écritures la lettre du texte n’a cessé d’être engagée dans l’élaboration du sens spirituel. Elle s’offre aujourd’hui enrichie des savoirs, mais aussi des questions, que le travail critique a produits depuis plusieurs siècles. Situation qui invite à reposer la question herméneutique en prenant la mesure des ressources théologiques qui vont avec la prise en compte renouvelée des médiations humaines de la révélation. Par où l’on montre aussi que « dépasser » la lettre ne peut consister à l’ignorer ou à l’abolir.
  • Luc et son projet : le pourquoi et le comment de l’écriture du IIIe évangile et du livre des Actes,
    Jean-Noël ALETTI
    S’il y avait déjà de nombreux récits sur Jésus, pourquoi Luc a-til choisi d’écrire le sien ? Sans aborder tous les éléments du projet lucanien, cet article montre que le temps était venu de signaler que la communauté chrétienne et ses chefs étaient vraiment fidèles à la mission et à l’enseignement de leur maître, qui avait lui-même accompli les traditions et les attentes bibliques. Ainsi, fut-il nécessaire de montrer qu’ils ne fondaient pas une religion nouvelle et donc dangereuse, ni qu’ils suscitaient un désordre politique et social. Pour le prouver, Luc utilise deux moyens : la typologie prophétique et la synkrisis  ; la première montrant le lien de Jésus avec l’histoire biblique, et la seconde, le lien des disciples avec leur Seigneur.

Dossier Jean-Paul II

  • L’acte intentionnel et l’acte humain : expérience et acte,
    Cardinal Karol WOJTYLA (tr. fr. Isabelle MOULIN)
    Traduction inédite en français d’une contribution du futur pape Jean-Paul II aux Analecta Husserliana.
  • La théologie du corps de Jean-Paul II. Un enjeu philosophico-théologique inaperçu,

    Pascal IDE

    L’article traite de la théologie du corps humain développée par Jean-Paul II. Il fait d’abord état de l’édition, complexe, et de la réception française, injustement boudeuse. Il en expose ensuite le centre de l’intuition : la signification sponsale du corps. Enfin, il en effleure un présupposé majeur, aux frontières entre métaphysique, phénoménologie et théologie : l’être comme amour.

  • L’apport de la théologie du corps de Jean-Paul II en morale,

    Laetitia CALMEYN

    La théologie du corps de Jean-Paul II est un exemple de la façon dont la morale est appelée à s’enraciner dans la vie et la mission de l’Église. En répondant à l’appel de Dieu en son corps, l’homme rend témoignage à sa dimension spirituelle.

  • Passion du don et union nocturne : mystère d’amour de la personne dans la pensée de Karol Wojtyla,

    Aude SURAMY

    D’après Wojtyla, un mystère se révèle et se cache dans la praxis humaine, dans la relation « personne-acte » et donc dans l’actus humanus. La phénoménologie wojtylienne manifeste cet actus comme un actus personae devant être d’amour puisqu’il est personae. L’actus humanus personae ne décrit pas seulement l’action du don de soi, mais aussi la passion de celui qui l’accueille. Cet acte dit un mystère d’amour : le mystère de la personne humaine qui est une nuit pour l’intelligence. Personne et Acte semble indiquer une voie d’extase nocturne où l’amour devient connaissance en direction d’une profonde communio personarum.

  • La théologie trinitaire des trois premières encycliques du bienheureux Jean-Paul II,

    Vincent GUIBERT

    Redemptor hominis, Dives in misericordia et Dominum et vivificantem forment un triptyque présentant l’action salvifique de la Trinité dans l’histoire. Ces trois encycliques permettent de comprendre de quelle manière l’universalité du salut offert en Jésus-Christ est mise en valeur par la mission de l’Esprit Saint.

  • La théologie des saints comme « science divine »,

    fr. François-Marie LÉTHEL, ocd (tr. fr. Gemma SERRANO, revue par l’auteur)

    Il est urgent de retrouver le lien essentiel entre sainteté et théologie, sans réduire la théologie à la seule modalité noétique. Ainsi, la grande théologie de l’Église est la théologie des saints, de tous les saints. C’est la même et identique lumière du Christ, contenue dans l’Écriture Sainte, qui tout au long de l’histoire de l’Église, rayonne dans la théologie des Pères, des Docteurs et des Mystiques comme à travers un prisme. Cette « science des saints » est inséparablement scientia fidei et scientia amoris, théologie noétique et théologie mystique, théologie symbolique et théologie pratique. C’est une théologie orante « à genoux », toujours animée par la foi, l’espérance et la charité, « vertus théologiques ».

  • Le retour du récit hagiographique : des saints pas tout à fait catholiques (Bobin, Germain, Lapaque, Michon, Sureau),

    Henriette LEVILLAIN

    Pour tout écrivain, tout artiste né depuis la seconde guerre mondiale, l’étiquette « catholique » est devenue redoutable. Et lorsqu’on ose, comme Pierre Emmanuel, se qualifier de « poète chrétien », on tient encore à marquer sa distance vis-à-vis de toute Église. Cette situation paradoxale s’est renforcée dans les vingt dernières années : le récit hagiographique, sur le mode de la Légende dorée, inspire un grand nombre d’écrivains qui restent extérieurs à toute confession religieuse. Ces oeuvres remportant un réel succès, et bien au-delà de l’audience catholique, on doit chercher à comprendre comment une certaine lecture de l’Évangile et de son application par les saints coïncide avec les aspirations spirituelles contemporaines.

  • Recensions
  • Date de publication 30/09/2011
  • Type de publication Revue théologique des Bernardins
  • Nombres de pages 236
  • Prix 14
  • Thème Théologie et philosophie
  • ISBN 978-2-249-62027-0
  • Editeur Lethielleux