Philosophie

316 - Vivre sa foi en société - 2017


Séances

Jeudi 20h-21h30 - 12 séances
Premier cours : Jeudi 8 février 2018

Philosophie et Sciences humaines - Semestre 2

Entre affirmation identitaire et revendication d’un légitime pluralisme des croyances et des convictions, les catholiques aujourd’hui, notamment dans la société française sont face à des défis majeurs quant à leur place dans la société contemporaine, à la fois la place qu’ils souhaitent se voir attribuer et la place que « les autres » (croyants d’autres religions comme agnostiques, indifférents ou athées) leur assignent. Ces défis ne datent certes pas d’aujourd’hui et ils sont consubstantiels à la fois à notre histoire - de l’Ancien Régime à la République - et à la nature de notre modèle politique, à savoir la démocratie libérale et dans sa version française, la République laïque. Nous reviendrons donc sur les origines de cette situation problématique, entre demande de reconnaissance comme chrétiens engagés dans la Cité et revendication d’une différence substantielle, celle de croyants animés par une espérance qui se distingue et va au-delà de préoccupations politiques « mondaines ». La situation actuelle est l’aboutissement d’un long processus de séparation des pouvoirs, religieux et politique qu’on appelle « sécularisation » et , en même temps, est réactivée du fait d’un double défi , celui d’une société de citoyens reconnus dans leurs droits individuels mais par nature privés de tout moyen d’adhérer à une espérance collective autre qu’immanente, voire en panne de projet concret assis sur des valeurs partagées et celui d’une autre religion bien présente dans l’espace public contemporain, l’Islam aux prises avec la modernité du fait qu’elle n’a pas encore réalisé les conditions de séparation du théologique, du juridique et du politique.

L'approche philosophique de ces questions permettra de penser comment il est possible de situer la foi au regard de notre situation culturelle et sociétale, en posant la question de la contribution du message chrétien à l'édification d'une communauté politique sur le bien commun.