Conférences

Peut-on penser la religion sans fondamentalisme ?

Regards croisés entre Judaïsme, Christianisme et Islam


 


Depuis le siècle des Lumières, les religions en Occident n'ont eu de cesse d'être mises en cause par les sciences et la pensée critique.

Après s'être longtemps braqués contre le "modernisme", des représentants des religions ont, de manière diverse, fini par intégrer des données et des méthodes scientifiques, par admettre certaines normes de progrès (telles que la liberté de conscience, l'égalité des sexes, etc.), et par tenter de construire une pensée et une pratique religieuse qui maintiennent et promeuvent la foi.

Mais dans chacune des religions, un certain nombre de fidèles voient dans ces évolutions modernes une forme de compromission et de trahison des notions et normes fondamentales de la Révélation divine. L'actualité brûlante montre que la crise subsiste et qu'elle trouve diverses expressions depuis le débat sur la laïcité jusqu'aux formes extrémistes de religiosité qui peuvent combattre violemment toutes les formes "d'occidentalisation". Se pose alors une question fondamentale à chacune des théologies : une tradition peut-elle évoluer sans se dédire ? En bref, si la Torah est dite "céleste", l'Évangile "inspiré", le Coran "incréé", l'homme a-t-il la légitimité d'interpréter la tradition, au point d'en réformer parfois la pensée et la pratique ? Que nous enseignent les regards croisés entre les religions ?

Table ronde animée par le père Patrick Faure, responsable de la section « Judaïsme » à l'École Cathédrale.

Interview du Rabbin Rivon Krygier.

Lire l'article sur le blog de la recherche