Art et Culture
Musique

MORT ET TRANSFIGURATION

Session orchestra (dir. Clément Mao-Takacs)
Axelle Fanyo, soprano, Marion Lebègue, mezzo-soprano


En ce temps pascal où viennent traditionnellement se croiser méditation, affliction et allégresse, ce programme d'exception réunissant trois chefs-d'œuvre de la Sécession viennoise, évoquera le passage de la mort à la vie à travers le cycle des saisons, véritable métaphore de la Nature comme expression du miracle de la Création et de ce qui perdure au-delà de la finitude de la vie humaine.

Un programme intense et émouvant, au cœur du répertoire de Sécession Orchestra qui, sous l'impulsion de son directeur musical Clément Mao – Takacs, poursuit également sa mission en nous offrant d'entendre deux des plus belles jeunes voix du moment, Axelle Fanyo et Marion Lebègue.

Clément Mao – Takacs
Clément Mao – Takacs. © D.R

Programme :

1ère partie
  • Richard Wagner
    Karfreitags–Zauber / Enchantement du Vendredi saint, extrait de Parsifal
  • Richard Strauss
    Vier Letzte Lieder / Quatre derniers Lieder

Axelle Fanyo, soprano

Entracte

2e partie
  • Gustav Mahler
    Der Abschied extrait de Das Lied von der Erde / Le Chant de la Terre

Marion Lebègue, mezzo-soprano

Biographies :

Secession Orchestra

Fondé en 2011 par Clément Mao-Takacs qui en assure la direction musicale et artistique, Secession Orchestra est une formation d’élite à géométrie variable, composée d’une soixantaine de musiciens, du format chambriste à la grande formation symphonique.

Secession Orchestra privilégie le répertoire des XXe et XXIe siècles. Bien que s’inscrivant tout particulièrement dans l’héritage de la Neue Musik (Liszt, Wagner) et dans la constellation de la Sécession viennoise (Mahler, Schönberg, Berg, Webern, Zemlinsky) et européenne (Debussy, Bartók, Ravel, Strauss, Kodaly, Falla, Chausson, Smetana, Dvorak, Grieg…), l’ensemble ne se prive pas d’aller à la recherche de compositeurs moins connus – tels Dett, Gagnon, Mompou, Crumb, Crawford-Seeger, Revueltas, Schulhoff – et plonge volontiers dans le passé pour livrer des interprétations radicales du répertoire romantique et classique.

Un lien très fort l’unit à la musique de son temps, puisque chaque saison voit une floraison de créations et des liens durables avec des compositeurs de notre temps parmi lesquels on peut citer Saariaho, Adams, Motsch ou Koskinen.

Ses qualités le conduisent à être sollicité par de grands festivals et salles de concerts, en France comme à l’international : Lisztomanias (Châteauroux), Tons Voisins (Albi), Centre Européen de Musique (Bougival), Chopin-Sand (Nohant), MÉTIS et Saint-Denis, Classique au Vert, Floréal (Épinal), Rencontres musicales de Calenzana (Corse), CIMA (Porto Ercole, Italie), Opening night au BOZAR (Bruxelles), Maestri et Bambini (Montercarlo di Lucca, Italie), NOVALIS (Croatie)…

Après six saisons très riches, il s’est imposé comme l’un des jeunes ensembles les plus en vue. Multipliant les collaborations et les passerelles entre les arts, il se produit régulièrement en compagnie d’autres musiciens (Thomas Hampson, Renaud Capuçon, Marion Lebègue, Edwin Fardini, Elsa Dreisig, Stéphane Degout, Jonas Vitaud, François Dumont, Jean-François Heisser…) et d’autres artistes (Charles Berling, Didier Sandre, Antoine Duléry, Claude Jamain, Laurence Cordier, Julie Depardieu, Renan Carteaux, Brigitte Fossey, Michel Fau…). Il collabore avec la compagnie La Chambre aux échos pour les spectacles Tu ne dois pas garder la nuit en toi (musiques de Wagner et Mahler, 2013), Violences (Henze et Koskinen), Graal Théâtres et La Passion de Simone (musiques de Kaija Saariaho).

Considérant tout acte culturel comme un acte social, il choisit de repenser la forme du concert classique à travers des programmes-concepts, et de réinventer le lien entre musiciens et publics. Sa recherche de l’excellence, son attention à la transmission et sa volonté d’aller au-devant de tous les publics (du jeune public au public en situation de handicap ou souffrant de pathologies lourdes, personnes en soins palliatifs) incarnent sa démarche fondée sur l’éthique. Il est notamment en résidence à l’hôpital Bretonneau (Paris) depuis 2015.

De 2014 à 2016, il a été en résidence au Festival de Saint-Denis et à la mairie du 8ème arrondissement de Paris. Depuis 2014, il est en résidence à la Fondation Singer-Polignac, ainsi qu’à la Fondation Royaumont / Médiathèque musicale Mahler depuis 2017.

Depuis sa création, l’orchestre reçoit également le soutien de son cercle de mécènes ainsi que celui de la Fondation La Poste. Il bénéficie du soutien de l’ADAMI, de la SPEDIDAM et de la DAC de Paris.

Clément Mao – Takacs

Directeur musical et artistique de Secession Orchestra, Clément Mao-Takacs est l’une des étoiles montantes de la nouvelle génération de chefs d’orchestre.

Diplômé du Conservatoire National Supérieur de Musique et de danse de Paris (CNSMDP) ainsi que de l’Accademia Chigiana de Sienne, il est lauréat du Festival de Bayreuth et a reçu le Prix « Jeune Talent » 2008 décerné par la Fondation del Duca (Institut de France / Académie des Beaux-Arts). En 2013, il est le premier chef d’orchestre à devenir lauréat de la Fondation Cziffra.

Sa carrière de chef d’orchestre commence très jeune puisqu’à l’âge de 15 ans, il dirige son premier concert à la Salle Gaveau (Paris). Il devient l’assistant de Janos Komives (Opéra National de Budapest, 2002 ; enregistrements et concerts en France 2002-2005) puis du directeur musical de l’Opéra de Rome, Gianluigi Gelmetti (2003-2008) ; parallèlement, il reprend en France la direction de l’orchestre Sérénade 2004-2010.

Depuis les années 2010, il a été le chef invité de très nombreux orchestres, en France (Orchestre des Pays de La Loire, Orchestre Symphonique de Bretagne, les orchestres du CNSMDP…), et à l’étranger (Oslo Philharmonic, Odense Symphony, Festival Orchestra of Sofia, Avanti! Chamber Orchestra Finland, ICE Ensemble New York…). Il a fait ses débuts avec l’Orchestre de Paris en mai 2018, dirigeant cinq concerts.

En 2011, il créé Secession Orchestra, qu’il dirige artistiquement et musicalement. Sa maîtrise technique, sa connaissance étendue du répertoire et son exigence sont unanimement reconnues et appréciées aussi bien dans la musique classique que contemporaine : il est le dédicataire et le créateur de nombreuses pièces (Bargielski, Ballereau, Komives, Feldman, Sikorski, Svensson, Letouvet, Adams, Saariaho, Tarnanen, Stubbe-Tejbjaerg, Motsch, Mu-Xuan Lin, Vincze, Ashton, Lang, Sciarrino, Koskinen…).

Spécialiste de la musique de Kaija Saariaho, il a dirigé les créations de la version de chambre de La Passion de Simone aux festivals Melos-Ethos (Slovaquie), Codes (Pologne), Njord Biennale (Copenhague), Saint-Denis ainsi qu’à La Comédie – Scène Nationale de Clermont-Ferrand (France), à Bergen (Norvège), à New-York (USA). Il a dirigé la pièce iconique Lichtbogen et la création danoise du concerto Notes on Light et a également donné à plusieurs reprises de nombreuses pièces de la compositrice (Festival Novalis, BOZAR Opening Night, FIAF) ; en 2017, il a créé lors du festival Présences (Radio-France) la version de chambre de Quatre Instants, qui lui est dédié. Il prépare un enregistrement de ces œuvres avec Secession Orchestra.

Le répertoire lyrique est important pour cet amoureux de la littérature et de l’art dramatique, qui conçoit l’opéra comme le lieu d’intenses collaborations. Sa rencontre avec Peter Sellars est déterminante et il entretient des liens d’amitiés avec plusieurs acteurs et metteurs en scènes (Olivier Py, Charles Berling, Michel Fau, Brigitte Fossey, Antoine Duléry, Julie Depardieu…) aux univers variés au premier rang desquels il faut citer Aleksi Barrière avec lequel il a créé et codirige la compagnie La Chambre aux échos.

Il a enregistré la pièce Adieu de Stockhausen (Crystal Classics), ainsi que le disque Timpani consacré à Jacques Ibert qui a reçu 5 « Diapasons » par le magazine homonyme.

Il poursuit aussi une carrière de pianiste, soliste et chambriste. Partenaire de nombreux instrumentistes et artistes lyriques, il vient de terminer la tournée Rising Star dans les plus grandes salles d’Europe avec la soprano Omo Bello.

Également compositeur, il écrit principalement pour la voix comme pour l’orchestre ; il réalise également de nombreuses orchestrations et arrangements.

Il achève deux doctorats en arts du spectacle et littérature comparée, et publie régulièrement textes et articles.

Il est également conseiller artistique pour plusieurs festivals. Il fonde et dirige notamment deux festivals : TERRAQUÉ en Bretagne et Intervalles à Paris.

Avec le soutien de :

Alice Rosner Foundation

 
Fondation Banque Populaire Rives de Paris
 

En ce moment au Collège des Bernardins :

9OCT
14DEC2019
Il est plus beau d’éclairer que de briller seulement
14DEC15h00