Théologie morale et questions anthropologiques

253 - L'Évangile du corps. Nature humaine et corps sexué


Séances

7 Samedis 10h30-12h
21, 28 mars, 4 avril, 16 mai, 6, 13, 20 juin 2020
Théologie morale  et questions anthropologiques - Semestre 2

Avec l’emprise grandissante des technologies sur le corps humain, la meilleure réponse à sa marchandisation consiste à repenser la signification du corps.

Si Jean-Paul II a initié une puissante réflexion dans ses catéchèses sur le corps, la connaissance du corps, son langage, comme celui de la sexualité et de la communion des personnes ont peu participé à la pastorale de l’Église. En étudiant notre corps dans ses dimensions métaboliques et symboliques, corps qui donne la vie, qui exprime des émotions et permet d’accéder à la conscience de soi, les chrétiens demeureront des partenaires crédibles dans les débats contemporains. La conscience du corps peut s’enrichir des innombrables découvertes scientifiques autant que de la sagesse biblique, véritable révélation sur le corps, afin de vaincre l’idée toujours renaissante d’un mépris du corps. La dernière chose que nous perdrons en quittant ce monde, ce sera notre corps : c’est en lui que nous aurons existé sur cette terre et en lui que notre vie se sera éveillée. Il demeure cette part de nous-même sur laquelle nous n’avons pas la main : ni dans sa forme, ni dans sa sexuation et ses caractéristiques, ni enfin sur sa durée de vie biologique. Avant notre ultime expiration marquant notre mort, demandons-nous ce que nous avons compris de notre corps ?