Théâtre/Danse

« JE PASSE » DE JUDITH DEPAULE, ET « UNSTOPPABLE » DE YARA AL HASBANI


  Comment part une personne ? / Pourquoi part-elle ? Vers où ? / Avec un désir / que rien ne peut vaincre / Ni l’exil, ni l’enfermement, ni la mort »

Niki Giannari, dans Des spectres hantent l’Europe

Ils viennent de Syrie, du Soudan, de Guinée ou d’Azerbaïdjan…Ils ont vécu la guerre, les ségrégations ethnicistes, les répressions politiques, les discriminations sexuelles, la prison, l’esclavage … Flirtant avec la mort, ils ont quitté leur pays et tout laissé derrière eux. « Je passe » raconte avec justesse leur fuite inéluctable pour avoir encore le droit de vivre. Chaque histoire d’exil est confiée sur un mode intimiste aux spectateurs répartis en petits groupes, sous le regard en image des artistes eux-mêmes, présents sur des écrans.

En contrepoint de cette proposition, la danseuse et réfugiée syrienne Yara Al Hasbani évoque dans une performance fulgurante l’exil, à travers quatre phases qu’elle a pu identifier : le conflit intérieur, le choc, la prise de conscience et la survie.

Déroulé de la soirée :

  • Je passe 3 (5 récits témoignages d’artistes du Moyen-Orient en exil) : 1er passage
  • Unstoppable, une chorégraphie de Yara al Hasbani
  • Je passe 3 (5 récits témoignages d’artistes du Moyen-Orient en exil) : 2ème passage

Durée : 1h20

Production : Mabel Octobre, atelier des artistes en exil.
JE PASSE 3 : De Judith Depaule (mise en scène) et Samer Salameh (vidéo)
Avec : Gregor Daronian Kirchner, Pablo Jupin, Marie Levy, Geoffrey Mandon, Aude Schmitter (A confirmer)
Avec le soutien du Fonds d’insertion pour Jeunes Artistes dramatiques, Drac et Région Provence-Alpes-Côte d’Azur

À propos de l'artiste

Yara Al Hasbani

Née en 1993 à Damas, elle étudie le ballet et la danse contemporaine à l’Institut Supérieur d’Art dramatique de Damas. Avec SIMA, collectif syrien de danse contemporaine, elle remporte l’émission « Arab Got Talent » en 2013 au Liban avec une chorégraphie contre Bachar El Assad. Elle danse dans des festivals (Dancing on the Edge, Action for hope, Art pour la paix, Le Printemps de la danse arabe, June Events), des pièces qui reflètent la réalité syrienne et son engagement contre la dictature. Membre l’association Pierre Claver.

2 spectacles en lien avec la question de l’exil

En partenariat avec « l’Atelier des artistes en exil »

En partenariat avec :