Théâtre / famille

AHMED REVIENT

D'après un texte Alain Badiou, mis en scène par Didier Galas


Le spectacle est suivi d’une rencontre exceptionnelle avec Alain Badiou, Didier Galas.

« Le monde s’est durci, il faut savoir en combattre les folies oppressives et garder une distance ironique. Ahmed a bien besoin de tous ses talents pour que son ironie le protège des maléfices du temps. »

Alain Badiou

Ahmed re-vient ! Vingt-cinq ans après sa création, ce fils moderne de Scapin et d’un personnage de la commedia dell’arte imaginé par le philosophe Alain Badiou, revient sur les planches pour porter son regard facétieux et affûté sur notre monde actuel. Ahmed vient des banlieues, avec l’esprit farceur et comme seul maître la pensée. Il nous parle avec sagacité de poésie, d’identité, de racisme, de laïcité ou encore de politique… Et porte haut et fort la vivacité de la philosophie et la joie du théâtre. Son impertinence n’a qu’une exigence : sortir de la bien-pensance pour être dans le vrai !

Destiné à tous les publics, à partir de 11 ans.

A l’issue du spectacle : une rencontre exceptionnelle avec Alain Badiou, Didier Galas et le public est prévue dans le cadre de l’atelier « Graine de Philo », Identité et différence.

Texte : Alain Badiou
Mise en scène : Didier Galas
Collaboration artistique : Jean-François Guillon (scénographie) et Emily Wilson (jeu)
Musique : Joël Grare
Réalisation sonore et régie générale : Thibaut Champagne
Lumières : Perrine Cado
Costume : Catherine Sardi
Masque : Erhard Stiefel
Avec Didier Galas

La genèse du projet : 

Didier Galas rencontre Alain Badiou à l’occasion de la création de Ahmed le subtil (dont il joue le rôle-titre). Cela se passe en 1994 à la Comédie de Reims. À la suite du succès de Ahmed le subtil, Alain Badiou écrit Ahmed philosophe à partir des improvisations de Didier Galas. Créé en 1996, le spectacle est joué plus de 200 fois les années suivantes. Puis viennent Ahmed se fâche et Les Citrouilles, créées respectivement en 1996 et 1997.

En 1998, Didier Galas quitte la Comédie de Reims pour partir au Japon afin d’étudier le théâtre Nô (théâtre traditionnel japonais). Là-bas, à Kyoto, il réalise Ahmed soliloque, sa première mise en scène (conçue à partir d’un montage de textes tirés de Ahmed philosophe).

Didier Galas retrouve Alain Badiou en 2015, lors de la création de La République de Platon qu’il met en scène au festival d’Avignon avec des élèves de l’ERACM et un groupe d’amateurs. Puis, le 16 janvier 2017, à l’occasion de la séance finale de son dernier séminaire de philosophie au théâtre de La Commune d’Aubervilliers, Alain Badiou fête ses 80 ans. C’est l’occasion pour Didier Galas de lui offrir, ainsi qu’à l’assistance, une représentation de Ahmed soliloque. Cette expérience suscite le désir, chez Alain Badiou comme chez Didier Galas, de réveiller la figure intemporelle de Ahmed afin qu’il revienne donner son regard singulier sur le monde d’aujourd’hui.

ALAIN BADIOU

Né en 1937 à Rabat au Maroc, Alain Badiou suit des études de philosophie à l’Ecole Normale Supérieure et sort premier de l’agrégation en 1960. C’est à l’ENS qu’il côtoie Althusser, Canguilhem ou encore Lacan. Il commence aussi à militer contre la guerre d’Algérie. Nommé professeur de philosophie à Reims puis à l’Université expérimentale Paris VIII (Vincennes) dès sa création après Mai 68, il se lance avec détermination dans l’aventure maoïste qui va l’occuper jusqu’aux années 80. Pendant cette période, compagnon de route d’Antoine Vitez, Alain Badiou s’oriente plutôt vers l’écriture dramatique (entre autres la pièce L’Écharpe rouge). En 1988, il publie une somme philosophique L’Être et l’événement qui sera complétée en 2006 de sa suite Logiques des mondes. En 1999, il est nommé professeur à l’École Normale Supérieure puis professeur émérite en 2004. Son œuvre est abondante et diverse, elle comprend des romans, des pièces de théâtre, des essais de philosophie (La République de Platon en 2012), de politique (De quoi Sarkozy est-il le nom ? en 2007), ou encore de mathématiques (Éloge des mathématiques en 2015). Alain Badiou est une personnalité incontournable dans le paysage intellectuel français et bénéficie en outre d’une renommée internationale.

La presse en parle (inferno-magazine.com) :

« Didier Galas nous offre une belle performance d’acteur qui se laisse regarder avec plaisir et complicité »

DIDIER GALAS

Après plusieurs résidences en Asie et en Amérique du sud, Didier Galas crée Monnaie de singes au festival d’Avignon 2000, ce qui l’entraine dans une recherche sur le valet comique : Le petit (H)arlequin (2001)… et ses variantes chinoise (2005) et japonaise (2010), puis une version chorégraphique : Trickster (2011) et musicale : aïlòviou (2013). Il a aussi mis en scène des spectacles à partir de Cervantès, Gombrowicz et surtout Rabelais : Debvoir est vertu héroïque (2006), Paroles horrifiques et dragées perlées (2007) et Parlaparole (2012). Sa création, Kotoba no Hajimari (L’Invention de la Parole) a eu lieu au Japon en septembre 2014. Il a également collaboré récemment à la mise en scène des 30 ans de la Fondation Cartier pour l’Art Contemporain. En tant qu’acteur il participe à Natural Beauty Museum de Patricia Allio et Eleonore Weber (Festival d’Automne 2014). Il a mis en scène La République de Platon d’Alain Badiou au Festival d’Avignon 2015. Son association avec l’artiste visuel Jean-François Guillon donne un nouveau nom à sa compagnie : Les Hauts Parleurs. Depuis, il créé en 2015 La Vérité sur Pinocchio, qui sera présenté notamment à l’Auditorium du Louvre. Toujours en collaboration avec Jean-François Guillon, il créé deux pièces : Rabelais versus Nostradamus (2014) et La Vertu Héroïque (2017), qui sont les deux premières parties d’un triptyque sur l’œuvre de François Rabelais.

En ce moment au Collège des Bernardins :

18JAN
2MAR2019
Trace et témoignage
18FEV12h45
ALAIN FOURNIER : LE GRAND MEAULNES