Conférences et débats

Institutions et figures contemporaines de la filiation

Colloque conclusif du séminaire Les conditions contemporaines de la filiation et de l’affiliation

Intervenants

 

Comprendre les mutations de la filiation en notre temps.

Il est impossible d’imaginer notre monde sans filiation. Dans l’espèce humaine, un enfant est en effet un fils ou une fille et pas seulement une progéniture. La filiation est ainsi une condition profondément culturelle, nécessitant un encadrement juridique, institutionnel, et plus largement symbolique. Le nouveau venu dans le monde est ainsi dans un état de dépendance vitale, mais aussi de dépendance législative, et de parole. Le petit humain nait ainsi en dette de parole. La filiation « institue » le sujet, et l’introduit au fait collectif.

Ce colloque vient en conclusion d’un séminaire de recherche du département Sociétés Humaines et Responsabilité Educative du Collège des Bernardins, consacré au thème de la filiation et de l‘affiliation, tentant d’articuler, dans une perspective interdisciplinaire (anthropologie, droit, philosophie, psychologie, sociologie, théologie), les dimensions horizontale (affiliation) et verticale (filiation) du lien. La dernière année du séminaire fut consacrée à l’étude du rapport du sujet contemporain avec le fait institutionnel. Ce colloque examinera en particulier les questions contemporaines en relation avec l’institution de la filiation. Les dimensions à priori des formes du lien, massivement présentes dans les sociétés traditionnelles, sont progressivement remplacées par une recomposition mouvante où les formes du lien sont perpétuellement en voie de formalisation et d’institutionnalisation.

A travers 3 champs de réflexion, sera étudié la manière dont l’institution du lien de filiation se pense aujourd’hui :

  • La fragilité des institutions est-elle à mettre en rapport avec les « troubles » dans la filiation ?
  • Comment notre société « gère » - t’elle la condition ambivalente de la dépendance, liée à la filiation ?
  • Plus largement sera examiné la manière dont la dimension filiale -notamment dans sa composition institutionnelle- peut être un paradigme de réflexion éthique concernant le socius dans son ensemble.

Programme

Vendredi 11 mars : Droit et filiation / « Le droit peut-il tout ? » : 14h - 18h
 

Introduction au colloque par Frédéric Louzeau, directeur du Pôle de recherche du Collège des Bernardins

Président de séance et animateur : Jacques Arènes, psychanalyste, professeur des universités catholiques
avec la participation de :
Anne-Marie Leroyer, Professeur à l’Ecole de Droit de la Sorbonne, Université Paris I, rapporteur de la mission « Filiation, origines, parentalité ».
« Le rapport «Filiation, origines, parentalité: élaboration et débats »
Xavier Dijon : S.J., professeur émérite, Faculté de Droit, Université de Namur (Belgique)
« La filiation en droit : de l’institution à la disposition »
Dr Pierre Lévy-Soussan : psychiatre, psychanalyste (SPP), Enseignant Département de psychologie Paris VII.
« Fabrique de l’enfant : fondations à vivre ou sacrifice ? »
Christophe Bellon : docteur en histoire de l’Institut d’Etudes politiques de Paris, maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université catholique de Lille, vice-doyen de la Faculté de Droit, membre correspondant du Centre d’histoire de Sciences Po Paris
« A l'épreuve de la délibération la question familiale au Parlement de la Troisième République (1875-1940) »

Samedi 12 mars : 9h30 – 13 h : Religion et Filiation / « De l’engendrement à la filiation, Enseignements et rites »
 

Président de séance et animateur : Père Jacques de Longeaux, théologien et philosophe, Président de la Faculté Notre Dame
avec la participation de :
Muriel Katz-Gilbert : Dr Psych., psychologue clinicienne, maître d'enseignement et de recherche (HDR) en psychologie clinique, Laboratoire de Recherche en Psychologie des Dynamiques Intra- et Inter-subjectives (LARPSYDIS) Université de Lausanne (Suisse)
« Le corps comme matière première du symbolique : à propos de la circoncision rituelle dans le judaïsme »
Françoise Bonardel : philosophe et essayiste, professeur émérite de philosophie des religions à l'Université de Paris1-Sorbonne
« Repenser la filiation à la lumière des enseignements bouddhiques ? »
P. Eric Morin : docteur en théologie, coordinateur de l’Ecole Cathédrale et directeur de l’ISSR (Institut Supérieure des Sciences Religieuses)
« L’adoption filial chez Paul : être fils et n’être que cela »
Stanislas Deprez : docteur en philosophie, maître de conférences en philosophie et responsable de l'Institut de Philosophie et de Sciences des Religions à la Faculté de Théologie de l'Université Catholique de Lille
« Les magistères du progrès. Défaire le genre, redéfinir la norme ».

Samedi 12 mars : 14h30 – 17h30 : Société et Filiation / « Entre défiance et demande, projets individuels et institutions sociales »
 

Président de séance et animateur : P. Richard Escudier, théologien, co-directeur du département Sociétés humaines et responsabilité éducative
avec la participation de :
Brice de Villers : professeur de philosophie ( ISSR et Cours Publics, Collège des Bernardins), journaliste-producteur (Fréquence Protestante)
« La dimension symbolique de l’Institution à travers l’exemple de la filiation »
Jean-Pierre Lebrun : psychiatre et psychanalyste
« Fin de la civilisation oedipienne ? »
Lucie Sharkey-Plantin : psychologue clinicienne, assistante doctorante au Département d'Ethique de l'Université Catholique de Lille
« Transformation de la filiation et "ordre symbolique" enjeux cliniques et politiques d'un argument. »

Conclusion générale du colloque :
 

Jacques Arènes, et Père Richard Escudier

du 11 mars 2016 au 12 mars 2016
Réservation non disponible

Gratuit pour les moins de 26 ans dans la limite des places disponibles.

Petit auditorium Collège des Bernardins Tarif plein : 28 €